Kate boy

kate_boy_hires

Biographie

Apparemment venu de nulle part, Kate Boy a débarqué en force avec ‘’Northern Lights’’, une chanson tellement fabuleuse qu’elle s’est propagée sur la toile comme une trainée de poudre. Avec un nom qui joue volontairement avec les genres, des photos de presse qui n’hésitent pas à flirter avec l’androgynie et une première vidéo auto-réalisée qui montre l’image d’un groupe formant un seul et même personnage, cela ressemble à une véritable déclaration d’intention. Réunissant une australienne, Kate Akhurst, entourée des Suédois Markus Dextegen et Hampus Nordgren Hemlin (ex-membre de Rocket Boy, d’où le nom), Kate Boy n’est pas la formation d’une artiste solo entourée de ses musiciens. C’est un vrai groupe qui décide collectivement de chaque aspect le concernant, tant au niveau du son que du visuel. “Nous sommes un groupe”, déclare Kate. “Nous partageons tout.” Après un démarrage sur les chapeaux de roue en 2012, le trio prend le temps nécessaire pour concocter des chansons, sans précipitation, avant de passer à la prochaine étape. “Quand on a commencé on a tout fait nous-mêmes“. Avec un prochain album autoproduit et enregistré à Stockholm, autrement dit la capitale de la pop, Kate Boy enfonce le clou. Le trio aime sortir des sentiers battus pas seulement au niveau des paroles, mais aussi dans la complexité de la musique et dans la manière de la présenter. Tous trois sont amoureux du Fairlight CMI – un synthétiseur échantillonneur de la fin des années 70 utilisé par leurs idoles qui permet en fait de faire de la musique à partir de n’importe quel son – avec lequel ils entretiennent un rapport obsessionnel tout en fabriquant aussi leurs propres synthés. Leur son possède cette chaleur et cette texture que seuls les instruments vintage parviennent à dégager. Sur le plan esthétique et visuel, ils s’inspirent de l’artiste finlandaise Pia Mannikko, du peintre Franz Kline, du photographe Serge Najjar et des réalisateurs David Cronenberg et David Lynch.