Lee-Ann Curren

Site photo artiste

Biographie

Lee-Ann Curren, 30 ans, a passé une grande partie de sa vie sur une planche de surf, elle en est-même devenue une des championnes mondiales. Question de lignée : son père, sa mère et son grand-père paternel sont eux-mêmes des pionniers légendaires du surf. Mais quand elle est à terre, Lee-Ann Curren est encore un peu ailleurs, dans la musique qu’elle a pratiquée depuis l’adolescence, avec ses amis, son groupe ou son père en Californie. Avant de se jeter à l’eau en solo, avec ses propres compositions, ses textes et son style.

Pour commencer, les quatre chansons de « Shapes, Colors », point cardinaux d’une identité musicale en mouvement. Si on veut absolument leur coller une étiquette, parlons d’électro-psychédélique, de dream-pop ou pourquoi pas de disco-folk, ces musiques inventées par des gens qui ont dû passer beaucoup de temps à regarder les nuages dans le ciel, et ce point d’horizon où le ciel et l’océan se confondent. Là-dessus serpentent la voix confidente et les doux refrains de la chanteuse. On y entend l’influence de la pop à danser des années 80, de Depeche Mode à Madonna, mais sans les gimmicks clinquants de l’époque, le tout léger et patiné comme un souvenir ou un coquillage.

Lee-Ann Curren a créé ses chansons entre 2017 et 2018 au Pays Basque, en général dans son home-studio sous les toits. Sauf Conversations (Lightyear), dont la trame musicale a été composée en Australie et la mélodie et le texte dans l’avion du retour. Puis elle est partie à Londres, pour enregistrer avec Alan O’Connell, producteur notamment de Metronomy, Rufus Wainwright ou Duran Duran. Au début de ce processus, elle avait un impératif : disposer de suffisamment de chansons pour son premier concert en solo, qui a eu lieu en mai 2017 dans le désert espagnol des Bardenas Reales, lors d’une sorte de mini Burning Man local. Depuis, il y a eu beaucoup de concerts dans le monde entier, là où sa passion pour le surf et son goût du voyage l’ont menée. Et en France, des premières parties d’Agar Agar et Izïa, et un passage à Rock En Seine en 2019.